Loche de torrent - Gastromyzon scitulus

  • Import
  • Nouveau
  • 6

Asie - Algivore - Loche de torrent - Gastromyzon scitulus

Plus de détails

11,00 € 9,00 €

Paypal
Paypal

Distribution: Limité aux affluents du Sungai dans le bassin du Sadong, Sud de l'État de Sarawak, Bornéo.

Distribution de Gastromyzon scitulus

Biotopes: Gastromyzon spp. sont des habitants de cours d'eau rapides et peu profonds contenant de l'eau claire et saturée en oxygène et ont été enregistrés à 1350 m au dessus du niveau de la mer dans les régions montagneuses de Bornéo.

Ils habitent généralement les rapides et se trouvent souvent au-dessus ou au-dessous des cascades et des chutes d'eau.

Les substrats sont généralement composés de gravier, de roches, de rochers ou de substrat rocheux tapissés d'un riche biofilm formé d'algues et d'autres micro-organismes.

Les plantes aquatiques sont rares et bien que la végétation riveraine puisse être présente, ces loches ont tendance à être plus abondantes dans les zones partiellement ou entièrement ombragées.

Les observations sur le terrain ont révélé que les individus se positionnent généralement face au flux, soit le long des berges, soit derrière ou sous les rochers, leur morphologie spécialisée leur permettant de se nourrir et de se maintenir sans être emporté par le courant.

Sa localité type, un ruisseau de colline non ombragé, longe un village avec un mélange de plantations de poivre et de cacao.

Dans cet affluent oriental de la rivière Sadong, dans le sud du Sarawak, Bornéo G. scitulus est syntopiquement présent avec G. farragus. © Michel Lo

Sympatrie: Dans la nature, G. scitulus partage son biotope avec Homaloptera orthogoniata et ses congénères Gastromyzon zebrinus, G. crenastus et G. farragus.

Décoration: Amas de Roches.


Substrat:
Composés de petits galets, de sable et de gravier.

Brassage: Fort.


Statut de protection:
Vulnérable.

Vulnérable

Menaces: Cette espèce peut être menacée par le prélèvement pour le commerce aquariophile. Les commerçants de cette espèce à Singapour ont déclaré à la fin des années 1990 que la taille et le nombre d'espèces sauvages de Gastromyzon diminuaient, ce qui pourrait être dû à une surexploitation, bien que les espèces de Gastromyzon soient souvent mal identifiées, de sorte que l'abondance de cette espèce dans le commerce est inconnue (Tan 2006). Les principales menaces pesant sur cette espèce à l'échelle de l'aire de répartition sont incertaines, mais Chong et al. (2010) ont répertorié la perte ou la dégradation de l'habitat comme la principale menace pour une autre espèce (G. crenastus) qui est également endémique au bassin de Sadong, partageant ainsi les mêmes habitats avec G. scitulus. En conséquence, G. scitulus partage probablement la même menace, mais cette menace a en quelque sorte eu un impact moins sévère sur G. scitulus que G. crenatus; un aspect écologique qui demande à être confirmé. D'autre part, il existe de nombreuses menaces pour les habitats dans le centre de Bornéo qui sont peut-être localisées, y compris la déforestation et la conversion des terres pour de grands projets agricoles, ce qui est susceptible d'entraîner une augmentation de l'érosion des sols et des sédiments dans les rivières et les ruisseaux.


Mode de vie sociale: Territorialité intra-spécifique et à l'intérieur du genre. Je conseille une quarantaine de litres par mâles, bien que ce volume soit relatif à la densité du décor.
Un groupe de 6 individus permet d'observer pleinement l'ensemble des comportements de l'espèce.

Taille Maximale: 4,5 cm

Comportement: Paisble.

Éclairage:
Fort.

Étymologie:

 Gastromyzon : du grec gaster, signifiant « estomac » et myzo, signifiant « téter ».

scitulus : du latin scitulus, qui signifie « beau, élégant », en allusion au motif de couleur attrayant de cette espèce.


T° optimales:
20 à 24°C si le brassage n'est pas optimal.

Notes: L'un des membres du genre le plus couramment commercialisé et souvent trouvé dans des envois mixtes pouvant contenir d'autres Gastromyzon spp. (souvent G.zebrinus) ou des poissons apparentés comme Beaufortia kweichowensis. Ceux-ci sont généralement étiquetés comme «suceur de Bornéo», «pleco de Hong Kong», «loceh papillon», etc., quelle que soit l'espèce.

Il est parfois identifié à tort comme G. punctulatus, une espèce non commercialisée actuellement qui possède des nageoires jaunes et un corps de couleur plus claire et moins intensément tacheté.

Il se distingue de ses congénères par la combinaison de caractères suivante : fente branchiale anguleuse ; présence d'un sillon suboperculaire continu jusqu'à l'origine de la nageoire pectorale ; corps noir avec de nombreuses petites taches brun clair régulièrement espacées; dos de la tête noir avec de nombreuses taches crème ; nageoires pectorales et pelviennes avec des taches crème ; nageoire caudale avec des stries bleues irisées dans la vie ; présence de sillon sous-lacrymal ; museau fortement incliné de l'œil à l'extrémité, de forme arrondie lorsqu'il est vu dorsalement ; absence de tribune secondaire ; absence de poche postorale ; pas d'écailles sur l'abdomen; 57-58 écailles de la ligne latérale ; la nageoire pelvienne atteint juste l'origine de la nageoire anale ; nageoire dorsale comprimée atteignant juste le niveau d'origine de la nageoire anale.

Informations sur le genre: Tous les membres du genre sont endémiques de Bornéo, plus de la moitié étant limités à un seul bassin fluvial ou sous-bassin.
Gastromyzon spp. sont placés dans divers groupes d'espèces (assemblages putatifs d'espèces qui peuvent ou non être monophylétiques) pour faciliter la référence, et G. ctenocephalus est inclus dans le groupe G. ctenocephalus aux côtés de G. scitulus.

Ceux-ci sont définis par une combinaison de caractères comprenant un motif corporel composé de taches crème uniformément réparties, une petite taille adulte (< 40 mm SL), une fente branchiale angulaire et seulement quelques grandes papilles non ramifiées dans la lèvre inférieure.

G. scitulus se distingue de G. ctenocephalus sensu stricto par l'absence de taches bleues sur la nageoire dorsale (vs. présence), 3 taches crème à la base de la nageoire dorsale (vs. 4-5) et une suite de caractères morphologiques comprenant moins de rayons pectoraux (moyenne 25 contre 28), moins de rayons pelviens (moyenne 17 contre 19) et moins d'écailles latérales (moyenne 58 contre 60).

Il a également tendance à avoir moins de taches crèmes relativement plus grandes sur le corps que G. ctenocephalus, en particulier sur la surface dorsale, et le corps lui-même a une couleur de base plus claire.

Cependant, il existe de nombreuses formes intermédiaires des deux espèces avec des anomalies dans des spécimens par ailleurs typiques de G. scitulus, notamment une couleur corporelle plus foncée, des taches corporelles plus petites, des marques rouges sur les bords de la nageoire caudale, une pigmentation bleue sur la nageoire dorsale ou jaune sur la nageoire dorsale. base.

Que ceux-ci représentent différentes populations d'une même espèce ou non reste à confirmer à l'heure actuelle, et certaines d'entre elles sont très similaires à G. ctenocephalus, ce qui signifie que l'identification peut parfois être délicate.

En fait, G. ctenocephalus et G. scitulus représentent l'une des 12 paires de «cryptoespèces» connues dans le genre. Les crypto-espèces sont définies comme des espèces morphologiquement similaires, mais isolées sur le plan de la reproduction qui, chez les poissons, habitent souvent des bassins fluviaux adjacents mais, dans certains cas, se produisent en sympatrie.

Le phénomène peut être le résultat d'une évolution parallèle et n'est normalement pas considéré comme représentant un stade précoce de la spéciation, bien que dans le cas de G. scitulus et G. ctenocephalus, le contraire puisse être vrai, c'est-à-dire qu'ils peuvent avoir divergé l'un de l'autre. tout récemment, auquel cas il serait plus exact de les qualifier d'espèces « sœurs ».


Cycle de vie:
Le climat de Sarawak est équatorial. La température est relativement uniforme tout au long de l'année et est comprise en moyenne entre 23 °C le matin et 32 °C dans la journée. Dans les régions montagneuses comme à Bario, la température est comprise entre 16 et 25 °C en journée et peut tomber à 11 °C certaines nuits. La région connaît deux moussons. La mousson du nord-est se produit entre novembre et février et comprend des précipitations de forte intensité. La mousson du sud-ouest, plus modérée, a lieu de juin à octobre. Les précipitations annuelles sont particulièrement élevées, variant de 3 300 à 4 600 millimètres, en fonction du lieu.

Sarawak Sud


Ration quotidienne:
Algivore non strict. Il faut encourager le dépot d'une patine d'algues sur le décor inerte, soit par un éclairage puissant, soit par la lumière du soleil. Un apport complémentaire deux à trois fois par semaine de nourritures carnées est apprécié, soit sous forme de nourriture congelée (le vers de vase semble être une proie de prédilection, mais toutes autre nourriture assez dense pour tomber rapidement au sol est acceptée), soit sous forme de pastilles carnées. Les pastilles végétales sont aussi acceptées à défaut d'algues mais peuvent générer une concurrence alimentaire forte. Les nourritures sous forme de pastille, qu'elles soient carnées ou végétales peuvent demander un temps d'adaptation plus ou moins long.


Maintenance:
Nécessite un aquarium avec filtre, chauffage, pompe de brassage et éclairage et dont l'écosystème est équilibré (ayant a minima 3 semaines de mise en route, parfois plus). Comme toutes les espèces issues de cours supérieurs Gastromyzon scitulus est particulièrement sensible aux pollutions organiques: Il convient donc d'être attentif aux renouvellements d'eau ainsi que d'avoir une filtration de qualité avec par exemple l'utilisation de zéolite ou de charbon. Je conseille un brassage compris dans une fourchette allant de 10 à 15 fois le volume de l'aquarium.

Longévité: Inconnue

Afin de préserver la vie sauvage, l’animal dont vous venez de faire l’acquisition ne doit en aucun cas être relâché dans le milieu naturel

Sources:


Seriously Fish

  • Compatible avec les guppies de sélection Oui
  • Ton général de l'espèce Brun
  • Mode de reproduction Ovipares (disséminant)
  • Origines Asie
  • Zone de vie Fond strict
  • Volume minimum 60 litres
  • Volume minimum conseillé 80 litres