Cichlidé perroquet nain double rouge - Apistogramma cacatuoïdes (eu)

  • Elevages européens
  • Nouveau
  • 7

Amérique du Sud - Cichlidés nains - Apistogramma cacatuoïdes double red

Plus de détails

13,00 €

Paypal
Paypal


Taille adulte: mâle 7,5 cm, femelle 5 cm SL*.


Longévité: Inconnue

Origines: La localité type a été initialement donnée à tort comme Paramaribo, Suriname, mais cela a ensuite été modifié par Kullander en « bassin du fleuve Amazone, entre 69 ° W et 71 ° W ». L'espèce est actuellement considérée comme répandue dans une grande partie du bassin supérieur de l'Amazone, des ríos Ucayali et Amazonas au Pérou aux Solimões dans l'ouest du Brésil. Certaines populations présentent des différences notables dans la répartition des couleurs. La robe orange est issue de sélection d'élevage.

Biotopes: A tendance à habiter les affluents, les marigots et les ruisseaux plus lents dans les zones où les feuilles mortes s'accumulent et celles-ci peuvent contenir de l'eau noire, blanche ou claire selon la localité ou, dans certains cas, la période de l'année.

Décor: Branches et bois mort, feuilles mortes et plantes.

Substrat: Le plus fin possible.


Éclairage: Tamisé, bien que de moindre importance pour les robes de sélection.


Brassage: Uniquement lent pour les juvéniles, jusqu'à modéré pour les sujets adultes.


T° optimales: 22 à 29°C. ClimatTropical.

Étymologie:

  • Apistogramma: Du grec apisto "incertain" et gramme signifiant "ligne" en référence à la variabilité du patron mélanique de la ligne latérale chez les membres du genre.

Mode de vie sociale: Territorial, couple.

Comportement: Paisible. Les facteurs physico-chimique de l'eau tendent à influer sur le caractère territorial de l'espèce. Ainsi plus on se rapprochera des conditions idéales de frai (pH bas, Brassage lent, T° élevée), Plus l'agressivité sera marquée. Pour ces raisons je déconseille l'acclimatation et la maintenance en pH acide tant que la ou les femelles ne sont pas matures et gravides.

Statut de protection: Non évalué.

Ration quotidienne: Un dizième de pincée. Apistogramma nijsseni prend sa nourriture au sol, il convient donc de lui fournir une nourriture de type coulante de bonne qualité, granulés en 0,7 mm (pour une mainteance en monospécifique) et pastilles de fond à base de protéines animales (pour une maintenance en cohabitation avec le genre Corydoras). Dans les semaines qui suivent l'acclimatation les sujets sont souvent assez difficiles vis à vis de la nourriture sèche, il convient de leur proposer plusieurs nourriture différentes de ce type afin de trouver celle à laquelle ils s'habituent le mieux. Durant ce laps de temps la nourriture congelée revêt donc une importance non négligeable. De surcroit le genre est lent à la prise de nourriture et de ce fait sensible à la concurrence alimentaire générée par les espèces trop vives, en particulier de banc, il convient donc de bien sélectionner les cohabitant de cette niche trophique: Je recommande particulièrement les genres Nannostomus, Copella, Carnegiella, Axelrodia et dans le genre Hyphessobrycon les espèces H. amandae et H. elachys. Pour les espèces plus grosses il est aussi possible d'associer les espèces qui supportent la vie en groupe modeste, comme par exemple H. megalopterus et H. sweglesi.
Enfin, le genre a des moeurs benthiques, c'est à dire qu'il est inféodé au substrat et qu'il y puise naturellement son alimentation. Les sujets nouvellement acquis, très souvent en cours de croissance, n'ont pas toujours le réflexe d'aller chercher leur alimentation à la surface. C'est un comportement qu'ils peuvent cependant acquérir avec le temps. Aussi je recommande chaudement, surtout pour les sujets jusqu'à un calibre de 3 à 4 cm, une acclimatation dans un volume inférieur ou égal à 150 litres avec une hauteur d'eau maximale de 30 cm, en monospécifique ou accompagné d'espèces exerçant une faible concurrence alimentaire (Corydoras, Loricaridés, Nannostomus, etc...). N'envisagez une acclimatation en bac d'ensemble qu'à partir d'une taille supérieure à 4 cm.


Maintenance:
Nécessite un aquarium avec filtre, chauffage et éclairage et dont l'écosystème est équilibré (ayant a minima 3 semaines de mise en route, parfois plus). Apistogramma ssp. est particulièrement adapté aux aquariums de type Low Tech.

Notes: De nombreuses formes ornementales de cette espèce ont été sélectionnées de manière sélective pour le commerce des aquariums, dont les noms vernaculaires incluent "Sunset", "Sunburst", "double red", "triple red", "Gold", "Gold-white", " Orange flash » et « albinos« . Il a également reçu le numéro «A» A200 dans le cadre du système DATZ avec des formes apparentées éventuellement conspécifiques numérotées de la même manière A201, A202 et A203 selon la localité.
A. cacatuoides est l'espèce la plus facile du genre et je la recommande pour débuter dans cette famille.

Informations sur le genre: Le genre Apistogramma est l'un des genres de ccihlidés sud-américains les plus spécifiques avec environ 70 espèces valides à l'heure actuelle, mais de nombreuses autres sont en attente de description. De plus, de nombreuses espèces existent sous deux ou plusieurs formes géographiques de couleur qui peuvent ou non s'avérer distinctes à l'avenir. Les amateurs ont tendance à les étiqueter avec des données de collecte si elles sont disponibles afin d'éviter de les mélanger et le potentiel d'hybridation.

Les espèces membres ont également été organisées en une série de lignées, de complexes et de groupes d'espèces par les auteurs afin de mieux les séparer. Ces listes ont été complétées par des poissons qui sont apparus dans le commerce des aquariums et qui sont dans un état de flux quasi constant. Le groupe A. cacatuoides, par exemple, est contenu dans la sous-lignée A. trifasciata de la plus grande lignée A. trifasciata aux côtés d'A. arua plus les groupes A. brevis, A. nijsseni, A. atahualpa et A. trifasciata.

Informations sur la famille:
Kullander (1998) a mené une étude phylogénétique basée sur la morphologie dans laquelle la famille néotropicale Cichlidae a été divisée en six sous-familles dont la sous-famille putative Geophaginae contenait 16 genres répartis en trois «tribus»:

Acarichthyini – Acarichthys et Guianacara.
Crenicaratini – Biotoecus, Crenicara, Dicrossus et Mazarunia.
Geophagini – Geophagus, Mikrogeophagus, groupe « Geophagus » brasiliensis, groupe « Geophagus » steindachneri, Gymnogeophagus, Satanoperca, Biotodoma, Apistogramma, Apistogrammoides et Taeniacara.

Des études moléculaires ultérieures par Farias et al. (1999, 2000, 2001) ont abouti à l'ajout de Crenicichla et Teleocichla aux Geophaginae, un résultat soutenu par López-Fernández et al. (2005) qui ont mené l'analyse moléculaire la plus détaillée du groupement à ce jour, y compris 16 des 18 genres et 30 espèces. Cependant, leurs conclusions concernant les interrelations entre les genres variaient quelque peu des hypothèses précédentes et peuvent être résumées par les groupes vaguement définis suivants:

- une relation de groupe sœur faiblement soutenue entre Acarichthys et Guianacara.
– un « clade Satanoperca » bien soutenu comprenant Satanoperca, Apistogramma, Apistogrammoides et Taeniacara.
– un « grand clade » avec Geophagus, Mikrogeophagus, groupe ‘Geophagus‘ brasiliensis, groupe ‘Geophagus‘ steindachneri, Gymnogeophagus, Biotodoma, Crenicara et Dicrossus.
– un « clade des crénicarines » avec Biotoecus et Crenicichla.

Aucun représentant de Teleocichla ou Mazarunia n'a été inclus dans l'étude, mais le premier est bien établi en tant que sœur de Crenicichla tandis que ce dernier s'est étroitement regroupé avec Dicrossus et Crenicara dans des travaux antérieurs. Les autres principales conclusions de l'article sont la confirmation que Geophaginae est un groupe monophylétique présentant de forts signes d'avoir subi une radiation adaptative rapide (diversification d'une espèce ou d'un type ancestral unique en plusieurs formes qui sont chacune spécialisées de manière adaptative dans une niche environnementale spécifique).

Afin de préserver la vie sauvage, l’animal dont vous venez de faire l’acquisition ne doit en aucun cas être relâché dans le milieu naturel.

*SL=Standard Lenght, taille de corps ne comprenant pas la nageoire caudale.

Sources:

Seriously Fish

Fishbase

  • Ton général de l'espèce Rouge
  • Mode de reproduction Ovipares (pondeur sur substrat caché)
  • Origines Amérique du Sud
  • Zone de vie Tiers inférieur
  • Volume minimum 80 litres
  • Volume minimum conseillé 240 litres